À propos

Politiques éducatives dans les mondes arabes et musulmans
et vis-à-vis des populations musulmanes d’Europe, 1900-2018 : un état de lieux

Depuis 2017, les thématiques des séminaires de l’axe « Education » de l’Iremam visaient à faire remonter les objets et terrains de recherche des membres de l’équipe, et une attention particulière a été portée sur l’école et ses acteurs du quotidien, du quartier ou de la ville, ou sur les conditions de la recherche. Cette année, et sans perdre de vue l’intérêt heuristique de cette échelle, notre choix s’est porté sur un élargissement de la focale au niveau des politiques éducatives qui encadrent les pratiques d’enseignement et d’apprentissage. L’espace couvert par nos recherches (France, Maroc, Algérie, Tunisie, Egypte et Yémen – la liste reste ouverte !) mérite d’être appréhendé par le haut à des fins de synthèse, mais aussi pour permettre de mieux distinguer les spécificités des situations scolaires, ou de repérer les circulations de modèles, de méthodes ou d’outils éducatifs d’un pays ou d’une région à l’autre. Il s’agira de dresser un état des lieux des situations éducatives des pays étudiés au début du XXe siècle, puis des prises en charge de l’enseignement par les pouvoirs politiques dans le cadre des affirmations impériales et des mouvements de construction nationale, et enfin des évolutions plus récentes intégrant les choix des régimes autoritaires ou le rôle joué par l’ouverture à la mondialisation. Le maintien ou l’apparition d’acteurs non gouvernementaux, qu’ils soient religieux, associatifs, ou encore internationaux comme l’Unesco, seront également analysés en intégrant leurs moyens d’action (humains, administratifs, politiques et idéologiques) et ce que leur présence implique dans la définition des politiques éducatives. Le choix du « macro » ne doit pas, dans la mesure du possible, exclure l’attention aux acteurs des politiques éducatives. Au contraire, c’est à leur échelle que se jouent et se croisent les temporalités et les héritages, les compétences, mais aussi les hiérarchies et les intérêts sociaux sur lesquels reposent la conceptualisation, la mise en place et l’application des politiques générales.

Ce travail collectif de synthèse se propose de mettre en regard les approches disciplinaires de l’histoire, de la sociologie, et de l’anthropologie représentées dans l’équipe, afin de partager au mieux les outils méthodologiques et conceptuels, mais aussi la construction de nos objets.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search